Le matérialisme en héritage

39 - Limousine« Papa? » « Quoi? » « Le monsieur de tantôt, j’aimerais bien que ce soit mon papa. » Je n’ai rien dit, je suis resté stoïque. Quelques minutes plus tard : « Je t’aime quand même, papa. » Ouf!

Cette journée-là, j’étais allé à une vente de garage municipale avec mon jeune fils. Mon but était de l’aider à gérer ses désirs, à avoir un rapport sain avec les objets et l’argent, et à réduire l’importance de la consommation dans sa vie. Rien de moins. Mais je n’avais pas de plan précis, je ne savais même pas si j’allais acheter quelque chose. Je m’étais seulement préparé à me faire harceler.

À un moment donné, alors que mon fils et moi étions en pleine joute argumentative, un homme s’est approché et a demandé à mon fils ce qu’il voulait, et lui a acheté. Bien que mes desseins éducatifs fussent chamboulés, je me suis senti obligé de le remercier poliment.

S’il avait envoyé son 20 $ à Oxfam Québec, il aurait fait manger un enfant pauvre pendant des jours, plutôt que jouer un enfant riche pendant quelques dizaines de minutes. Mais donner un cadeau en mains propres lui a permis de se faire plaisir en voyant la réaction de mon fils, tout en se pensant généreux.

Son geste aurait pu irriter de nombreux parents, dans la mesure où nous évitons généralement d’offrir des cadeaux sans raison à nos enfants. En dehors de Noël et des anniversaires, nous avons tendance à acheter des choses à nos enfants comme récompense pour un comportement approprié ou une réussite.

L’avantage est que l’on ne se sent pas coupable.

L’inconvénient est que cela favorise le développement et le maintien du matérialisme à l’âge adulte (1).

En effet, cela envoie le message suivant : lorsque tu accomplis quelque chose, être satisfait de toi n’est pas suffisant, tu mérites un cadeau. En outre, cela pourrait amener l’enfant à associer le succès avec l’acquisition d’objets, par conditionnement. Pire, il se pourrait que le plaisir de l’approbation des parents éprouvé par l’enfant puisse se transférer à l’acquisition de l’objet.

En bref, récompenser matériellement nos enfants fait augmenter l’importance des objets à leurs yeux. Cela risque même de diminuer leur motivation intrinsèque. Une conséquence fâcheuse est que les enfants matérialistes réussissent moins bien à l’école.

Nous pouvons récompenser nos enfants avec autre chose qu’un objet ou une friandise. Ce peut être une activité spéciale avec eux (pas forcément payante), des félicitations sincères, une belle discussion, etc.

Nos enfants méritent mieux que des tonnes de jouets.

Photo : Damien Hallegatte [CC BY-NC-SA 2.0]

(1) Richins, Marsha L., et Lan Nguyen Chaplin. 2015. « Material Parenting: How the Use of Goods in Parenting Fosters Materialism in the Next Generation ». Journal of Consumer Research, vol. 41, no 6, p. 1333-1357. doi : 10.1086/680087

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s